FR | EN

ARMAND YERLY

armand.yerly(at)gmail(dot)com
0041 (0)78 758 03 00
© 2012, All rights reserved Armand Yerly
Webdesign & Code Céline Amendola

Elles se rendent pas compte est une série de photographies qui présente de manière frontale des sculptures cinétiques motorisées.


Chaque machine mime (ou invite à) une action humaine, une interaction intime : caresser, féliciter, chatouiller, écrire, faire parler, faire penser, frapper, etc. Une importance primordiale est accordée au titre de chacune d’entre elles.


Les matériaux de base sont choisis selon des critères instinctifs, mais s’il fallait éclairer ces choix, je dirais d’une part être (presque inévitablement) dans une optique de récupération d’objets, et d’autre part que je choisis un matériau pour son degré de réalité, qui doit être assez élevé. Ainsi, le bois est plus réel que le papier ou le carton (absents de ce travail) car d’une certaine manière, moins maléable, moins facile d’accès, donc plus efficace. La peinture par exemple est toujours évitée. Son épaisseur, son degré de réalité étant très faible sur cette échelle instinctive. Elle ne servirait ici qu’à modifier la surface de formes qui n’en n’ont pas besoin.


Les sculptures présentées sous forme de tirage photographique ont toutes été détruites par l’artiste. Inversément, les machines parfois installées au sol en tant qu’oeuvres plastiques ne sont pas (encore) disponibles en photographie.



Elles se rendent pas compte, ECAL/Armand Yerly, 2012

Automate à féliciter les réussites

Récupérateur de paires de baffes perdues

Machine à rendre les gens méchants plus gentils

Machine à faire parler (et ça a bien réussi)

Siège de carressage destiné à combattre les manques affectifs

Eclafe-tête (ou la méthode chinoise)

Appareil de déridage à l’intention des plus frustrés